Cape Town
Clean Oceans Initiative

Clean Oceans Initiative

“Working against the plastic tsunami”

Once lauded as a wonder material, plastic has since become a scourge of our times. An estimated eight million tonnes of it end up in the world’s seas and oceans every year. In an effort to reverse this, KfW, working with the European Investment Bank (EIB) and the French development bank AFD, set up the Clean Oceans Initiative two years ago. To mark its anniversary, KfW’s Chief Executive Officer Dr Günther Bräunig discusses its success to date and further areas of action required under the Clean Oceans Initiative.

We are also publishing the interview in French further down the page. Nous publions également l'interview ci-après en français.

About Mr Bräunig
Portrait of the CEO of KfW Group Dr. Günther Bräunig

Dr Günther Bräunig is one of the three initiators of the Clean Oceans Initiative. Together with Dr Werner Hoyer, President of the EIB, and Rémy Rioux, Chief Executive Officer of AFD, the KfW CEO launched the Clean Oceans Initiative two years ago. It is part of his “DNA” agenda for KfW – which in German stands for “Digitalisation, sustainability and Africa”. For Dr Bräunig, plastic waste – alongside climate change and biodiversity loss – is one of the most important issues of our era.

Dr Bräunig, what is the first thing that crosses your mind when you think of plastic waste?

That we have far too much packaging. No matter where we go, we see plastic. We are surrounded by it. And even though we perceive plastic as a clean, almost aesthetic product, it pollutes and contaminates the environment and the lives of people in other countries. So, we see two different pictures – and that complicates the approach to dealing with the issue.

How big exactly is the challenge of plastic waste?

It is a mammoth task, particularly because a large amount of waste ends up in the world’s oceans. It is estimated that around 8 million tonnes of plastic and 1.5 million tonnes of microplastic flood the oceans every year, which means that there are already more than 150 million tonnes in total. Five large vortexes of plastic waste have now formed, the largest of which is four times the size of Germany. In particular, it is countries where waste disposal services are inefficient or non-existent that are the source of plastic being taken by the wind or rain into rivers and then emptied out into the sea.

The problem has not lessened as a result of coronavirus and has in fact got even bigger: PPE, millions of plastic gloves and more takeaway food ...

That’s right. And that’s why it’s all the more important to step up our efforts, even during this period. Otherwise, we’ll be suffocating and drowning in plastic and overloading the oceans. And the oceans are crucial to our survival: for the climate, biodiversity, as a source of nutrition and an economic factor. The key term here is “Blue Economy”. They produce 50% of our oxygen, absorb 30% of CO2 and feed around three billion people. The oceans provide supplies and services worth an estimated EUR 2.5 trillion per year. In other words, their value to us is immeasurable.

Sewage plant Zandvleit, Cape Town

With the help of the Clean Oceans Initiative, outdated, overloaded sewage treatment plants in Cape Town are being upgraded. Workers remove the rubbish filtered out of the water, including huge amounts of plastic waste.

Where on the list of the biggest challenges would you rank the problem of plastic waste?

In my opinion, it comes right after climate change. Both are very serious issues and they’re also related due to the oceans’ ability to absorb CO2. Nevertheless, because it requires us to fundamentally change our entire economy and way of life, the issue of climate change is more extensive.

Climate change has now mobilised large numbers of people; this was demonstrated, for instance, by the local elections in the German state of North Rhine-Westphalia, in which global warming obviously played a decisive role in voting patterns. What is the situation like for plastic waste – do you get the impression that the wider public are also aware of this issue?

Unfortunately not. I think that awareness among large sectors of the population is still largely underdeveloped. And exactly the same applies in other countries. Many people are unable to imagine a life without plastic at all. We absolutely have to address this, and provide even more information and clarification.

Two years ago, you joined forces with the EIB and AFD to launch the Clean Oceans Initiative. How did this come about?

The idea came about from a conversation between Werner Hoyer and myself. We quickly agreed that promotional banks could create some positive momentum in this area. AFD joined us a short time later. The three of us officially announced the COI at the World Bank Annual Meeting in Bali in 2018. That was exactly two years ago.

What is the goal of this initiative?

The COI can’t save the world; in other words, it can’t provide a comprehensive solution to the problem. However, we can contribute to raising public awareness of the issue. We have repeatedly achieved this over the past two years and have done so on a number of different occasions. And thanks to our specific projects, we are able to work against the plastic tsunami.

landfill egypt

In Egypt, too, the aim is to reduce the amount of plastic waste that ends up in the Mediterranean. KfW is supporting the emerging market economy in setting up a modern waste management system.

What projects do you promote under the COI?

Together, we are currently supporting 21 projects – nine of which are KfW projects – in the fields of waste management, wastewater management and rainwater management. This last area is important because large quantities of plastic waste enter rivers and oceans during heavy rainfall. Water drainage systems can relieve strain in this area by preventing water masses – and with them solid waste – from flowing unhindered into the oceans.

Where are KfW projects like this located?

In South Africa, for example, we are upgrading treatment plants. This is because, in emerging and developing countries, the overwhelming majority of wastewater still flows into streams, rivers and then into the sea without being treated or filtered. Furthermore, we use green credit lines, for example on the Yangtze River, one of the world’s most polluted bodies of water. Here, KfW supports a public financial intermediary that issues financing to local authorities along the river so that they can develop green infrastructure, such as regulated waste management or modern wastewater systems.

After two years of the Clean Oceans Initiative, what overall conclusions have you been able to draw? What has been achieved?

Quite a lot. We set out to invest EUR 2 billion by 2023 in projects to reduce plastic waste in the world’s oceans. Now, after two years, we have already committed significantly more than half of our target at almost EUR 1.3 billion. And contributing almost 500 million, KfW has provided a large portion of this total, the largest out of the three institutions. North Africa and Asia account for over 50 per cent of KfW’s commitments. We are also highly visible in these regions. On the whole, I am very happy with the COI’s achievements to date.

Garbage collector Jumini

A seven-figure KfW waste project in Indonesia shows that the battle against marine litter must also be fought on land. Jumini is one of around 150 waste collectors.

What could the initiative do even better?

A large part of the portfolio consists of projects in the field of wastewater and rainwater management. Solid waste makes up a smaller percentage. This is easy to explain: in political terms, the issue is not the number one priority at national level in many of our partner countries. Furthermore, solid waste projects require a lot of time and planning. Our goal is therefore very clear: to do more in the field of solid waste in the future.

Has the organisation of the COI changed over the last two years or has the structure stayed the same?

The structure is the same. However, we now have two new partners: we have been joined by Spain and Italy’s development banks, the ICO – Institutio de Crédito Oficial and the CDP, Cassa Depositi de Prestiti. From the very beginning, the initiative was intended as a European response to a global problem. We want to join forces here and accomplish more together. We can do this even more effectively with the two additional members.

Are there plans for more members to join?

The fact that Italy and Spain have now joined us is good because they belong to a group of national promotional banks known as the “Big 5 + 1”, who are in regular contact with one another. With our two new members, we are now a group that functions efficiently. What is more, the COI is increasingly evolving into a platform that cooperates with various other partners to further advance the topic of waste management and marine conservation.

What happens when you reach the commitment target?

Once we have reached our target of two billion, which should happen before 2023 based on the current state of affairs, we plan to make the initiative permanent and increase the total. This serves the cause and, in the process, we will also be able to expedite and step up cooperation between the Big 5 + 1. We are already talking to our partners about what should happen next with the COI.

null

In Albania, uncontrolled waste dumps have also become a major problem for the country, its neighbours and the Mediterranean. The plan is to gradually shut these down and replace them with modern landfills in accordance with European standards.

How does the initiative fit into the wider political landscape, within the EU for instance?

The initiative is a good fit with the policies set out by Commission President von der Leyen, who has made the Green Deal one of her main issues and would like to use at least one third of all EU commitments for the environment and sustainability around the world. In advance of this, KfW has already joined forces with five like-minded partners to set up another initiative to complement the COI. It is called the Joint Initiative on Circular Economy and it is due to invest EUR 10 billion in Europe’s circular economy by 2023. By establishing a circular economy here in Europe, we will protect global resources, avoid waste and facilitate the use of new technology. We should probably be exporting the latter, rather than our waste problem.

Do you believe that KfW is already doing enough for sustainability?

At this point in time, almost 40 per cent of our annual new business goes into the financing of environmental and climate change mitigation projects. This amounted to around EUR 30 billion in 2019. I believe that we need to increase this ratio even further. While coronavirus may be the focus at the moment, this is an issue that will not go away because it is an existential problem. I do not see any alternative to the sustainability debate.

Published on KfW Stories: 15 October 2020.

French version:

« Travailler contre l’inondation du plastique »

Autrefois considéré comme matériau miracle, le plastique est depuis devenu un fléau de notre époque. Il est estimé que huit millions de tonnes sont rejetées dans les océans chaque année. Pour s’y opposer, la KfW, en collaboration avec la Banque européenne d'investissement (BEI) et l’Agence française de développement (AFD), a fondé il y a deux ans la « Clean Oceans Initiative ». À l'occasion de cet anniversaire, le président du Directoire de la KfW, le Dr Günther Bräunig, évoque les succès de la Clean Oceans Initiative jusqu’à présent et le besoin de poursuivre les interventions.

Interlocuteur
Portrait of the CEO of KfW Group Dr. Günther Bräunig

Le Dr Günther Bräunig, l’un des trois initiateurs de la Clean Oceans Initiative. C’est avec le Dr Werner Hoyer, président de la BEI, et Rémy Rioux, directeur général de l'AFD, que le président du Directoire de la KfW a lancé la « Clean Oceans Initiative » il y a deux ans. Cette dernière fait partie de son agenda KfW avec comme sigle DNA (Digitalisierung, Nachhaltigkeit und Afrika), qui signifie en français « Numérisation, Durabilité et Afrique ». Pour Bräunig les déchets plastiques sont l'une des questions les plus importantes de notre époque, avec le changement climatique et la dégradation de la biodiversité.

Dr Bräunig, que vous vient en premier à l'esprit lorsque vous pensez aux déchets plastiques ?

Que nous avons beaucoup, beaucoup trop d'emballages. Où que nous allions, nous voyons du plastique. Nous en sommes cernés. Quand bien même le plastique serait un produit propre, voire esthétique chez nous, il n’en pollue et contamine pas moins l'environnement et la vie des gens dans d'autres pays. Nous sommes ainsi confrontés à deux images différentes, ce qui complique la question.

Quelle est précisément l'ampleur du défi des déchets plastiques ?

La tâche est gigantesque, surtout dans la mesure où une grande quantité de ces déchets finit dans les océans. Il est estimé qu’environ 8 millions de tonnes de plastique et 1,5 million de tonnes de particules microplastiques sont rejetées chaque année dans les océans. Au total, déjà plus de 150 millions de tonnes. Cinq gyres océaniques se sont déjà formés. Le plus gros d’entre eux est quatre fois plus grand que l’Allemagne. C’est avant tout dans les pays où il n'y a pas d’élimination, ou pas suffisamment efficace, des déchets, que le plastique se retrouve porté par le vent ou la pluie dans les rivières, puis dans les océans.

Le problème n’a pas été freiné par le coronavirus, mais plutôt même accentué : vêtements de protection, utilisation de gants en plastique par millions, encore plus de nourriture à emporter, etc.

C’est juste. Raison de plus pour redoubler d'efforts en cette période également. Sinon, nous allons nous étouffer et nous noyer dans le plastique et saturer les océans. Ces derniers sont essentiels à notre survie : pour le climat, la biodiversité, comme source de nourriture et comme facteur économique. En un mot, ils sont la «Blue economy ». Ils produisent 50 % de notre oxygène, absorbent 30 % du CO2 et nourrissent environ trois milliards de personnes. Il est estimé que les océans sont à l’origine de biens et de services d’une valeur annuelle de 2,5 billions d’euros. En d’autres termes, leur valeur est inestimable.

Sewage plant Zandvleit, Cape Town

Avec l'aide de la «Clean Oceans Initiative », les stations d'épuration vieillissantes et saturées du Cap sont en cours de modernisation. Des préposés retirent des déchets filtrés hors de l'eau, dont de nombreux déchets plastiques.

Où placeriez-vous les déchets plastiques sur une liste de grands défis ?

Selon moi, juste après le changement climatique. Ce sont deux problématiques très sérieuses, et étroitement liées, en raison de l’absorption du CO2 par les océans. Le changement climatique est cependant une question encore plus vaste en raison de la nécessité de modifier fondamentalement l'ensemble de notre économie et de notre manière de vivre.

Le changement climatique touche maintenant un grand nombre de personnes. Cela a été manifeste au moment des élections locales en Rhénanie du Nord-Westphalie, où le réchauffement climatique a apparemment eu une influence décisive sur le comportement des électeurs. Qu’en est-il pour les déchets plastiques. Avez-vous l'impression que le grand public est également conscient de cette problématique ?

Malheureusement non. Je pense que cette perception est encore peu développée dans une grande partie de la population. Ici, comme dans d'autres pays. Nombreux sont ceux qui ne peuvent absolument pas imaginer une vie sans plastique. C’est ce sur quoi nous devons absolument travailler, encore mieux informer et expliquer.

Il y a deux ans, vous avez mis en route la « Clean Oceans Initiative » avec la BEI et l'AFD. Comment en êtes-vous arrivés là ?

L'idée s’est présentée au cours d'une conversation entre Werner Hoyer et moi. Nous nous sommes rapidement rendu compte que les banques de développement peuvent donner un élan positif à ce niveau. L’AFD est arrivée un peu plus tard. À nous trois, nous avons alors annoncé officiellement la COI au cours de la réunion de la Banque mondiale à Bali en 2018. Cela fait précisément deux ans maintenant.

Quelle doit être la contribution de cette initiative ?

Avec la COI, nous ne pouvons pas sauver le monde, à savoir, résoudre globalement le problème. Cela étant, nous pouvons contribuer à mieux sensibiliser le public à cette problématique. C'est ce que nous n’avons cessé de faire en diverses occasions au cours des deux dernières années. De plus, nous pouvons aussi travailler contre l'inondation du plastique par le biais de nos projets concrets.

landfill egypt

En Égypte aussi, moins de déchets plastiques doivent être déversés dans la Méditerranée. La KfW soutient le pays dans la mise en place d'un système moderne de gestion des déchets.

Quels projets soutenez-vous dans le cadre de la COI ?

Nous soutenons ensemble actuellement 21 projets, dont neuf de la KfW, dans les domaines de la gestion des déchets, de la gestion des eaux usées et de la gestion des eaux de pluie. Ce dernier secteur est important dans la mesure où de grandes quantités de déchets plastiques sont rejetées dans les fleuves et les mers au cours de fortes pluies. Les systèmes d'évacuation de l'eau peuvent apporter un soulagement à ce niveau, de manière à ce que les masses d'eau, et avec elles les déchets, ne parviennent pas à la mer sans entrave.

Où se trouvent ces projets de la KfW ?

Nous modernisons par exemple les stations d’épuration en Afrique du Sud. Dans les pays à marchés émergents et en développement, une grande partie des eaux usées s'écoule en effet encore, sans être traitée ni filtrée, dans les ruisseaux, les rivières, les fleuves, puis dans la mer. Nous utilisons également des lignes de crédit vertes comme pour le Yangzi Jiang (Yang-Tsé), l'une des eaux les plus polluées du monde. La KfW soutient ici un intermédiaire financier de l'État qui assure des financements aux municipalités le long du fleuve, pour leur permettre de construire des infrastructures vertes comme la gestion régulée des déchets ou des systèmes d'égouts modernes.

Quel bilan tirez-vous globalement de ces deux premières années de la Clean Oceans Initiative ? Qu’est-ce qui a été atteint ?

Beaucoup de choses. Nous avions pour objectif d'investir 2 milliards d'euros dans des projets visant à réduire les déchets plastiques dans les océans du monde d'ici 2023. Aujourd’hui, au bout de deux ans, avec presque 1,3 milliard d’euros, nous en avons déjà engagé plus de la moitié. Et la KfW, avec près de 500 millions, a une part importante, la plus importante des trois institutions. L'Afrique du Nord et l'Asie représentent plus de 50 % des engagements de la KfW. Nous sommes clairement visibles là aussi. Je suis dans l’ensemble très satisfait des prestations de la COI jusqu’à présent.

Garbage collector Jumini

Un projet de gestion des déchets de plusieurs millions de la KfW en Indonésie montre que la lutte pour l'eau doit aussi être menée sur terre. Jumini fait partie des quelque 150 collecteurs de déchets.

Où l'initiative pourrait-elle être améliorée ?

Le portefeuille se compose en grande partie de projets de gestion des eaux usées et des eaux de pluie. Les déchets constituent encore la plus petite partie. Cela peut s'expliquer assez facilement : sur le plan politique, la question ne figure pas en tête des priorités nationales dans nombre de nos pays partenaires. Les projets concernant les déchets prennent, de plus, beaucoup de temps et nécessitent de gros efforts de planification. Notre objectif est donc très clairement d’en faire plus à l'avenir sur les déchets.

L’organisation de la COI a-t-elle changé au cours des deux années ou la structure est-elle restée la même ?

La répartition n’a pas changé. Mais nous avons désormais deux nouveaux partenaires : les banques de développement espagnole et italienne, l'ICO (Institutio de Crédito Oficial) et la CDP (Cassa Depositi de Prestiti). L’initiative a été conçue dès le début comme une réponse européenne à un problème global. Nous voulons ici unir nos forces et en faire davantage ensemble. Nous pouvons le faire encore mieux avec les deux nouveaux membres.

D’autres membres doivent-ils s'y joindre ?

Que l'Italie et l'Espagne soient désormais présentes est une bonne chose dans la mesure où elles appartiennent également à un groupe de banques nationales de développement nommé le « Big 5 + 1 », qui échangent régulièrement. Avec les deux nouveaux membres, nous sommes désormais un groupe de travail efficace. La COI se développe de plus en plus en une plateforme coopérant avec divers autres partenaires pour faire avancer la question des déchets et de la protection de l’environnement marin.

Que se passera-t-il lorsque l'objectif de l'engagement sera atteint ?

Quand nous aurons atteint l'objectif des deux milliards, ce qui en l'état actuel des choses se produira avant 2023, nous devrions consolider l'initiative et en augmenter le montant. Cela sert la cause et nous pouvons également encore accélérer et intensifier la coopération au sein du «Big 5 +1 ». Nous sommes déjà en discussion avec nos partenaires sur la manière de poursuivre avec la COI.

null

En Albanie aussi, les décharges sauvages constituent un problème majeur pour le pays, les pays voisins et la Méditerranée. Elles doivent être progressivement fermées et remplacées par des décharges modernes répondant aux normes européennes.

Comment l'initiative s'inscrit-elle dans un paysage politique plus large comme celui de l'UE ?

L’initiative s'inscrit bien dans la politique de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, qui a fait du «Green Deal » son thème principal et souhaite utiliser au moins un tiers de tous les engagements de l'UE au niveau mondial pour l'environnement et la durabilité. La KfW s'est déjà associée à cinq partenaires de même sensibilité pour mettre en place une autre initiative, en complément de la COI. Cette initiative, nommée «Joint Initiative on Circular Economy » (JICE), doit investir 10 milliards d'euros dans l'économie circulaire en Europe d'ici 2023. Avec une économie circulaire ici en Europe, nous préservons les ressources mondiales, évitons le gaspillage et permettons l'utilisation de nouvelles technologies. Nous devrions exporter ces dernières plutôt que notre problème de déchets.

Pensez-vous que la KfW en fait déjà assez pour la durabilité ?

À l'heure actuelle, un peu moins de 40 % de nos nouvelles activités annuelles est consacré au financement de projets de protection de l'environnement et du climat. Cela représentait environ 30 milliards d'euros en 2019. Je pense que nous devons continuer à renforcer ce taux. Pour le moment le coronavirus est peut-être au premier plan, mais le sujet reviendra parce qu'il est existentiel. Je crois qu’il n’y a pas d’alternative au débat sur la durabilité.

Published on KfW Stories: 15 October 2020.